Tél.: 514.398.9625 | info@gardn.org | Suivez GARDN sur les médias sociaux!

La communauté GARDN travaille à proposer un programme de l’aviation verte pour l’avenir du Canada

Nov 29, 2016

Le 3e Atelier d’intégration du Groupement Aéronautique de Recherche et Développement en eNvironnement (GARDN) a attiré près d’une cinquantaine de participants le 18 novembre dernier, à Ottawa. Les participants se sont déplacés des quatre coins du pays, et même de l’international, afin de prendre part notamment à une présentation portant sur l’impact de la réglementation européenne REACH sur le secteur de l’aérospatiale ainsi qu’à des sessions d’exercice de carte routière technologique.

EcoMundo, une équipe de spécialistes scientifiques provenant de France travaillant sur les substances chimiques et leurs règlements, a sensibilisé et informé les représentants de l’industrie aérospatiale canadienne sur l’importance du règlement REACH. « Les impacts du règlement REACH sont, en réalité, sous-estimés en ce qui concerne le secteur aérospatial », a appuyé Sylvain Cofsky, directeur général de GARDN. Selon M. Cofsky, la présentation d’EcoMundo a ouvert les yeux des participants sur leurs obligations par rapport à REACH.

L’après-midi de l’événement était consacré à la poursuite du travail de développement d’une carte routière technologique. Pour l’occasion, Dr Simon Weeks, directeur de la technologie à l’Aerospace Technology Institute (ATI), a ouvert le bal avec une présentation sur la démarche actuelle en aérospatiale du Royaume-Uni. « L’ATI accorde de l’importance à la relation qui est en train de s’établir avec ses collègues canadiens de GARDN et avec la grande communauté aérospatiale du Canada, une relation qui profite au secteur de l’aérospatiale tant au Royaume-Uni qu’au Canada. Ce fut un plaisir d’être invité à participer au récent Atelier d’intégration de GARDN afin de présenter mes observations quant à la démarche de carte routière technologique d’ATI et de discuter de la façon dont le Royaume-Uni et le Canada peuvent collaborer pour réduire l’incidence environnementale des prochaines générations d’avions », a indiqué M. Weeks.

Trois sessions tenus parallèlement sur les thèmes de recherche de GARDN (soit propre, silencieux et durable) ont divisé le groupe afin de procéder à un exercice de carte routière technologique. Les discussions ont été vives jusqu’à la toute fin de la séance, où tous se sont entendus à l’importance de proposer un programme exclusif à l’aviation verte pour l’avenir.

Le 3e Atelier d’intégration a été un succès. L’équipe GARDN souhaite particulièrement remercier EcoMundo ainsi que l’ATI de s’être déplacés afin de reconnaître l’importance l’aviation verte, et ce, sur un plan international.